Paul-Henri Nargeolet, ou mourir de sa passion

Tellement Asperger.

Se consumer pour sa passion (appelée « intérêt spécial » pour les autistes). En être obsédé. Oublier de manger, boire, dormir quand on est plongé dedans.

Devenir un spécialiste, un expert, en savoir plus que les experts car on décloisonne, on trouve des liens, d’autres pistes, d’autres paradigmes, on explose les carcans, les hypothèses, les idéologies.

Paul-Henri Nargeolet est mort de sa passion, qui le consumait au point de passer outre les règles de sécurité, de passer outre son intuition sur le risque, le danger. L’appel était trop fort. Il ne pouvait pas passer cette opportunité de se trouver à nouveau près du Titanic.

Le CV de Nargeolet ressemble à s’y méprendre à celui d’un autiste Asperger. Je ne sais pas s’il l’était, je n’ai pas suffisamment approfondi, mais mon autidar est à son max: océanaute, officier de la Marine Nationale, plongeur démineur dans l’Armée française, pilote de sous-marins, archéologue sous-marin, directeur de programmes de recherches sous-marines, chercheur, auteur, consultant technique, explorateur, producteur… et passion pour le Titanic au point d’en devenir l’expert mondial.

Le Titanic. Un intérêt spécial courant chez les autistes, à côté des trains.

Comme dit sa fille Sidonie Nargeolet (appeler sa fille Sidonie, c’est tellement Aspie aussi): « Il est heureux là où il est ».

RIP.

Paul Henri Nargeolet Asperger

En savoir plus sur Louve Joyeuse

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

Un commentaire

  1. Pierre-François

    Bravo pour ce magnifique hommage a un grand homme qui nous quitte en vivant sa passion et en demeurant pour l’éternité a côté de l’épave qu’il connaissait si bien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top
error: Content is protected !!